NOS PLUS RÉCENTES CRITIQUES :

Off To Nowhere
Forus
Motorleague
Moovalya
Lagwagon

DeeCracks
DLD
Miracles
Planet Smashers
Not Scientists

mercredi, avril 04, 2012

The Summercheers : Critique du EP «Beached«.

J’adore le pop-punk indépendant. C’est pour cette raison que j’adore le tout premier EP des Summercheers.

Peu de groupes de ce sous-genre ont réussi à se démarquer au Québec et pour tout dire, à peine quelques-uns me viennent en tête; les plus que défunts mais oh comment excellent Sprained Ankle, les plus actuels Sonic Avenues et bien entendu, il ne sert à rien de nier que Johnny Dauphin - anciennement connu sous le nom de Johnny Love - et son désormais culte Le volume était au maximum est le porte étendard de ce style musical dans notre belle province.

Mais ici, il ne faudrait surtout pas sous-estimer l’énorme potentiel que porte en son sein les Summercheers qui pourraient très bien se voir octroyer ce titre pour ce qui est de notre magnifique capital national.

Sorti le 30 Septembre 2011 de manière indépendante, « Beached » comporte six pistes qui se démarquent les une des autres mais qui forment une entité irréprochable dans son genre. Même si ce quatuor de Québec, formé en 2010, n’en est qu’à ses tout premiers balbutiements, il démontre tout de même une excellente maîtrise de ce sous-genre et un parfait contrôle de ses moyens autant sur scène que sur disque compact.

Summercheers nous propose donc un pop-punk rafraîchissant axé sur des mélodies de guitare accrocheuses qui peuvent parfois rappeler celles des Twenty Below et, jusqu’à une certaine limite, celles des Lillingtons, entre-autre avec la dernière pièce du EP « Alien mind invasion », qui est probablement ma préféré. Fort d’une production quasi impeccable, « Beached » vous fera hocher de la tête et taper du pied dès les premiers instants et déjà à la deuxième écoute vous aurez envie de chanter avec eux. Les pièces de « Beached » vous resteront en tête des journées entières et vous vous surprendrez à les fredonner sous la douche ou dans la voiture.

À l’opposé de plusieurs de leurs congénères, les membres de Summercheers ne s’empâtent pas dans une rythmique endormante couplet/refrain/couplet etc. Leurs arrangements sont simples mais efficaces et s’incorporent subtilement dans une musicalité recherchée. De plus, il faut relever l’excellente performance du batteur Vince Brass qui, à mon avis, vient faire toute la différence là où les morceaux pourraient devenir moins intéressants. On sent que Summercheers savent exactement ou ils veulent amener leur musique et on n’arrive jamais à déceler une parcelle d’improvisation mal placée. Tout y est et tout est calculé pour une formule gagnante et enivrante.

Bien entendu, et dans la plus pure tradition du pop punk, on ne traite pas ici de grands débats existentiels ou encore d’important enjeux sociaux mais hé ! n’avons-nous pas le droit de nous amuser un peu de temps à autre et laisser les tourments du monde moderne de côté ? Soutenue de façon exemplaire par des vocaux justes, le chanteur Ben Fortier et ses deux acolytes, Karl Marx (guitare) et Martin Coutu (Basse) nous récitent leurs paroles au ton humoristique qui traitent des dangers de la télévision, des relations amoureuses désastreuses et de conspiration secrète à propos des soucoupes volantes qui atterrissent chez nos voisins du Sud.

Au final, « Beached » est un excellent départ pour Summercheers. Un EP au son honnête et sans prétention qui a été composé avec un réel plaisir de la première à la toute dernière note. Procurez-vous leur mini album via leur Bandcamp et ne manquez surtout pas l’occasion d’aller les voir suer leur vies sur les planches lorsqu’il passeront dans votre coin. L’énergie qui se dégage de « Beached » est multipliée au centuple lors de leurs prestations.

La seule question qui persiste pour moi est à quand le premier album complet ? 

(Écrit par : Coeur Noir)



LIENS DES SITES :
Bandcamp : Summercheers.bandcamp.com
Facebook : Facebook.com/summercheers

1 commentaire:

  1. Ha mon ami écoute les "Hextalls" ou bien l'album des Creeps Gamma Gamma Ray ce sont des classiques en plus d' être des bijoux du pop punk canadiens.

    RépondreSupprimer