NOS PLUS RÉCENTES CRITIQUES :

Off To Nowhere
Forus
Motorleague
Moovalya
Lagwagon

DeeCracks
DLD
Miracles
Planet Smashers
Not Scientists

mercredi, février 06, 2013

The Holy Mess : Critique «Cande Ru Las Degas»

The Holy Mess, littéralement « le saint dégât », est un quatuor qui vient de différentes places du Nord-est américain. Reconnu pour des tournées sans fin, leur énergie sans fond, et leur qualité « live » parfois questionnable, ce groupe est, malgré tout, devenu rapidement l’un de mes préférés avec leurs paroles à la fois agressives et profondes.

Parmi toutes leurs compositions, je n’ai jamais skippé de chanson par déception à un point tel que les albums peuvent être sur repeat pendant des heures. J’ai eu la chance de les voir au Pouzza Fest l’an passé et je n’ai jamais vu des gars avec autant d’énergie. Je ne m’étais non plus jamais fait asperger d’autant de bière… J’ai d’ailleurs vite compris pourquoi le chanteur, Steve-O, portait des lunettes de protection sur scène!

Reconnu pour sa voix rauque qu’il pousse à fond du début à la fin dans tous ses albums, il reste quand même toujours en harmonie avec le deuxième chanteur qui, lui, change selon la tournée. C’est à se demander comment il fait pour garder sa voix intacte!

Quand j’ai appris que le public avait droit à un nouvel album cet été, j’étais plus qu’heureux. Je me suis dit que ça me ferait du bien, de nouvelles chansons d’eux, du type rapide et agressif. Leurs fans ont eu droit à un aperçu avec deux chansons en « streaming ». Suite à l’écoute, j’avais hâte d’en entendre davantage, c’était trop bon. Dès sa sortie, je suis allé m’acheter l’album « Cande Ru Las Degas »… Je l’ai transféré dans mon cellulaire et j’ai pesé sur «play». Je suis tombé sur le cul…

Au lieu de la guitare électrisante et des gros coups de snare, un petit riff acoustique accrocheur commence. On entend alors Steve-O chanter le début de la première pièce, « My Boring 90’s »: « Never been good at growing up, always had a nack for messing up. »

On comprend tout de suite que l’optique a changé. Deux minutes trente secondes plus tard, toujours sur ce même riff, d’autres paroles profondes… C’est à se demander si on a vraiment affaire avec le groupe qu’on a connu sur l’album précédent. Pi là, ça part! Roulement de snare, guitares agressives et distorsion dans le tapis! « I had a dream once about giving up, I had a hard time convincing myself, it doesn’t mean anything. »

Après seulement cinq minutes d’écoute, j’ai déjà l’impression que The Holy Mess a écrit un album complet juste pour des gars comme moi. Des gars de band qui se sont déjà posé des questions sur leur existence, leur carrière, leur problèmes d’abus et j’en passe… On parle parfois de vouloir abandonner et enfiler une chemise pour se trouver un travail de bureau, mais en bout de ligne, ça équivaudrait à abandonner notre style de vie, nos chums, notre passion… Et ça, jamais! J’ai aussi l’impression qu’ils ont appris de leurs collègues Philadelphiens, The Menzingers, car il y a souvent une petite touche de country punk cachée ici et là à travers leurs chansons.

En tout et partout, « Cande Ru Las Degas » est un album à vous procurer. Production et contenu, tout est là! Et si vous êtes moindrement comme moi, que les paroles de chansons sont toutes aussi importantes que la musique de fond, vous allez vous reconnaître dans la voix de ce chanteur qui est toute aussi folle que sa coupe de cheveux.

(Écrit par : Jay-Mo)

LIENS DES SITES :
Site Web : Fucktheholymess.com
BandCamp : Fucktheholymess.bandcamp.com
Facebook : Facebook.com/theholymess

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire