NOS PLUS RÉCENTES CRITIQUES :

Off To Nowhere
Forus
Motorleague
Moovalya
Lagwagon

DeeCracks
DLD
Miracles
Planet Smashers
Not Scientists

vendredi, juin 14, 2013

The Great Divide : «Tales of Innocence and...».

The Great Divide de Paris sert un punk hardcore robuste, mélodique, mais aussi on y découvre quelques divines séquences de post-hardcore, bien qu'elles soient peu nombreuses, le son reste tout de même très attachant. Pour un premier disque, on peut dire que c'est une belle entrée en matière. Ils dégagent un équilibre musical parfait de la vieille école, tout en n'ayant pas peur de moderniser leur sonorité.


Ce qui fascine du disque «Tales of Innocence and Experience», c'est leur facilité avec laquelle ils nous livrent lourdement leur musique à pleine vapeur avec un tel désir de rage convaincante. Et pour cause, les messages véhiculés sur l'album font éloge de l'insipide société où figure l’innocence et l’expérience, comme le titre de l'album en fait mention. Les textes font part d'une profonde réflexion sans en mettre trop, ils vous font plonger dans un univers parfois complexe avec cet opus et dégagent une redoutable facette surprenante.

Du côté musical, c'est évident que les riffs des guitares sont assez puissants pour aller droit au coeur et qu'ils sont bien construits, par contre ce n'est pas du tout la même chose du côté de la basse, elle n'est pas très présente, presque muette. J'aurais bien aimé qu'elle claque plus pour ajouter un poids supplémentaire aux pièces et, c'est dommage, car ce n'est pas le cas. Quant à la batterie, elle challenge et contrebalance parfaitement les différentes parties des morceaux.

L'album de The Great Divide est tellement persuasif qu'il accueille deux brillants invités dont le fameux Scott Wade (ex-Comeback Kid) qui prête sa voix d'une remarquable façon sur la chanson «Leave Tomorrow», une pièce avec une minime intégration d-beat. On retrouve aussi sur l'album, plus précisément sur la pièce « Our Time », Vithia, le chanteur de la formation japonaise de trash hardcore Rise of The Northstar, ce qui donne un ton un peu plus lourd au niveau du vocal à la chanson, mais qui s'intègre merveilleusement.

Le seul gros point que je déplore de l'album «Tales of Innocence and Experience», et cela est pratiquement le même que sur plusieurs disques à propos desquels j'écris une revue, c'est la courte durée. Un peu comme l'album «Perdition» des Québécois Get The Shot, l'album est vraiment court. On parle ici de neuf chansons pour un total de 24 minutes, ce qui est vraiment court pour un disque complet. Mais, dans l'ensemble, l'album est un bon achat, vous l'écouterez souvent par cette courte durée. Voici un extrait que vous aimerez sans doute. 

(Écrit par : Deslo)



LIENS DES SITES :
Facebook : Facebook.com/thegreatdivide
BandCamp : Thegreatdivide.bandcamp.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire