NOS PLUS RÉCENTES CRITIQUES :

Off To Nowhere
Forus
Motorleague
Moovalya
Lagwagon

DeeCracks
DLD
Miracles
Planet Smashers
Not Scientists

mardi, septembre 17, 2013

Revue : Good Riddance, Mont-St-Anne 10 août.

Faut se le dire, c’est pas tous les jours que la formation de Santa Cruz vient nous visiter. La dernière visite remonte à plus de sept ans lors du spectacle avec Nofx et Against Me ! à l’agora. Le groupe était venu juste avant pour Envol et Macadam alors que le festival avait encore lieu dans le millieu des rues à Limoilou ! Tours Epic pour les voir! Bien sûr, la formation était du Pouzza Fest cette année, mais là, elle venait nous voir à Québec et pas pour n’importe quel événement.


Elle était de passage dans le cadre du Vélirium au Mont-Sainte-Anne, compétition de vélo de montagne qui a lieu à chaque année. Ce n’est pas la première fois que le Vélirium fait appel à la scène punk rock pour exploser la journée de clôture du festival. Voilà quelques années déjà, Pennywise était venu alors que la formation californienne comptait toujours Zoli comme leader.

Pour vous mettre en contexte, j’étais pas mal énervé à l’idée de les voir pour une cinquième fois, ce qui est peu pour moi, je suis souvent au nombre de vingt ou trente fois pour certaines formations classiques ! Mais là, je suis dedans pour aller voir mon premier show à vie au Mont-Sainte-Anne et avec des amis hors pair que je salue d'ailleurs: Remy 'ScoobaMan' Armstrong, Annick Grave en Hell et Doum A. Savoie ! On a un défi de taille, un défi de temps, car on doit faire vers 16h15 un allez retour au Lac-Trois-Saumons pour une histoire de clés de char et table de cuisine, une histoire mystérieuse, trépidante et si palpitante que je n’en parlerai pas plus.

On a réussi à arriver vers 21h40 pour voir Pépé et sa guitare en cover band punk rock de l’apocalypse. J’avais déjà vu ce line up à Woodstock en Beauce et ça avait juste pas de sens. Je m’explique, le monde était tellement saoul de bonne heure pour ce show qu’il se donnait comme si c’était le groupe original qui jouait devant eux, ce qui a créé des situations cocasses. Mais cette fois-ci, on a affaire à un crowd qui est loin d’être les mêmes têtes qu’à l’habitude, bien sûr plusieurs vieux de la vieille que je côtoie souvent étaient là et qui suivent les show, mais beaucoup de gens du staff du Vélirium étaient présents et je ne crois pas qu’ils suivent la scène punk rock de près. Tant mieux, ce qui les attendait est digne des setlists légendaires de Good Riddance qui ont fait leur renommée au fil des années, ils allaient en prendre plein la gueule.

Le setup de la place était vraiment magnifique: un petit feu de camp de côté et un gros feu de camp entouré de grosses bûches pour pouvoir s’asseoir. Je n’avais jamais été à un spectacle avec un camp comme ça. Les groupes jouaient en-dessous d’un chapiteau, le bar était à l’arrière et, je vous jure, c’était petit comme scène surtout pour un groupe comme Good Riddance. Petite déception, et en même temps excitation, car il y a peu de monde. Je veux dire soixante-dix, quatre-vingts, à son comble cent personnes étaient présentes, mais ça donne un show intime et ça, ce sont toujours les meilleurs qui passent à l’histoire car ceux qui étaient présents savent l’ampleur et l’impact que ça a et ils en parlent longuement et de façon très intense. Ceux qui n’étaient pas de la partie finissent par se mordre les doigts, surtout ceux qui suivent le groupe depuis longtemps. Le facteur dimanche a joué c’est sûr, le manque de publicité a été l’élément principal (même si j’ai l’impression que c’était voulu) et le fait que c’était tard d'aller au Mont-Sainte-Anne pour ceux qui travaillaient le lendemain, ont fait que le show semblait plutôt désert.

Peu importe, les vieux de la vieille, les potes et moi ont étions prêts puisque, pour la plupart, ça remontait au Rockfest 2012 lors de leur grandiose retour sur scène après cinq ans d’absence. Je suis tombé sur Chuck, guitariste de la formation depuis leur début, parait-il qu’il a été le dixième appel pour auditionner pour le groupe via une annonce et il eut le poste. Il semblait déçu du nombre de personnes comparativement au spectacle au Saguenay, la veille, qui semble avoir été malade mental et rempli à craquer. Mais il aimait la place et le fait qu’il avait l’hôtel au pied du Mont-Sainte-Anne, la plus haute montagne au Québec et les feux de camp ça donnait un cachet sympathique et vraiment magnifique et je crois que ça a calmé le jeux. Lorsque que Good Riddance a finalement monté sur les planches du chapiteau, je peux vous dire que l’intensité était à son comble.

Dès les premières notes d’introduction qui menaient à «Last Believers» sur l’excellent et classique album «A Comprehensive Guide To Modern Rebellion» paru en 1996. On sentait que les gars étaient en forme et voulaient montrer la rapidité de leur mélodie et montrer qu’ils étaient capables d’enchaîner un spectacle qui ne comprend que des classiques. Ils voulaient combler les sept ans d’absence et ça s’est ressenti, Russ était sympathique, social et très jovial, chose rare quand on le connaît. Il est du genre à faire pas mal d’attitude et est reconnu comme étant très critique et difficile. Il a du caractère et a du mordant, chose que je respecte beaucoup, je l’aime bien pour avoir eu plusieurs entrevues avec lui au fil des années.

Son mordant reste présent et le set qu’ils ont fait était vraiment digne de la légende qu’est Good Riddance. Ils ont montré qu’ils sont là pour rester et qu’ils en ont encore beaucoup à offrir. Un succès total, une soirée vraiment trippante et très intense. Pour moi, ça marque mon dernier party avant mon retour à l’école et j’en ai profité comme un jeune étudiant de 18 ans... Maintenant à 31 ans! Je suis en retard, je m’accepte comme ça et je me suis défoncé la gueule pendant Good Riddance en reprenant du service et en slammant ma vie durant plusieurs pièces dont «Out Of Mind» qui rentrait au poste comme pas possible, les back vocal de Chuck étaient trop fous. J’ai adoré ma soirée et je crois que ça a été la même chose pour tout le monde, tout le monde à trouvé son compte et a réalisé à quel point Good Riddance est une tête forte du mouvement punk rock, c’est signe de respect. C’est sérieux Good Riddance, ok man ?

(Écrit par : Dj Punkassbed)

LIENS DES SITES :Site Web : Grpunk.com
Facebook : Facebook.com/goodriddance

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire