NOS PLUS RÉCENTES CRITIQUES :

Off To Nowhere
Forus
Motorleague
Moovalya
Lagwagon

DeeCracks
DLD
Miracles
Planet Smashers
Not Scientists

mercredi, avril 30, 2014

The Decline : Critique de «Can I Borrow a Feeling».

Pour plusieurs, The Decline, c’est le nom de la pièce mythique de Fat Mike et sa bande. Si on y ajoute un point d’exclamation, The Decline ! devient alors un groupe de folk punk français. Sans exclamation, The Decline est aussi synonyme d’un solide groupe punk d’Australie qui a récemment lancé un e.p. de 5 chansons intitulé «Can I Borrow a Feeling?». Un e.p. que vous devriez écouter!

The Decline, c’est le genre de groupe qui aurait définitivement pu être une des figures de proue de Fat Wreck Chords dans les années 90. La formation nous offre du punk rock mélodique, rapide et énergique.

Le EP est un prélude au troisième album de la troupe, prévu quelque part cet été. D’ailleurs, si ce n’est pas déjà fait, intéressez-vous à leur deux premier album, «I’m Not Gonna Lie to You», et «Are You Gonna Eat That?». Ils sont excellents!

En ce qui concerne les cinq chansons de «Can I Borrow a Feeling», The Decline livre la marchandise de manière impeccable.

Un départ canon avec «Treasure Island was a Sausage Fest». Typique de la formation, deux voix se donnent la réplique sur une chanson au refrain accrocheur où la guitare est omniprésente. Peut-être ma chanson préféré de l’album.

«The Evolution of Jesus Jackson», un peu moins rapide mais tout aussi mélodique, propose une étrange comparaison entre Michael Jackson et Jésus.

Le troisième morceau, «Yahweh or the Highway» propose plusieurs éléments intéressants, à commencer par l’intro qui laisse toute la place à la basse, le rapide solo de guitare au milieu de la chanson et le refrain quasi-mélancolique.

«Cool Kids Can’t Die» me semble peut-être la chanson la plus accomplie du e.p. Encore une chanson entraînante où le jeu des voix est efficace... sauf peut-être quand on monte un peu trop haut. Rien de dramatique mais impossible à ignorer tout de même...

Finalement, «Jill & Tonic» termine très bien l’album. Une chanson bien construite où on entend le talent des musiciens, avec encore un solide solo de guitare.

En bref, les cinq chanson de «Can I Borrow a Feeling?» nous permettent de croire que le troisième album de la troupe australienne sera un succès garanti. Et si vous ne les connaissez pas, ce EP est une excellente introduction à The Decline.

(Écrit par : Éric Çatire)



LIENS DES SITES :
BandCamp : Thedecline.com.au
Facebook : Facebook.com/TheDeclineMusic

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire