NOS PLUS RÉCENTES CRITIQUES :

Off To Nowhere
Forus
Motorleague
Moovalya
Lagwagon

DeeCracks
DLD
Miracles
Planet Smashers
Not Scientists

mercredi, juin 25, 2014

Putrid Flowers : «Midnight in the Summer of Caffeine».

Il y a parfois de ces albums qui paraissent dans le plus total anonymat, sans faire le moindre bruit et sans obtenir le mérite qui leur revient. C’est le cas de «Midnight in the Summer of Caffeine», un album accrocheur et hautement efficace proposé par la formation new-yorkaise The Putrid Flowers.

Bien que la formation ait lancé son premier album en 2000, «Midnight in the Summer of Caffeine» est seulement le troisième disque du groupe. Je vous épargne ici leur historique mais si cela vous intéresse, une bio intéressante et assez complète des Putrid Flowers se trouve sur leur site Web.

Avec «Midnight in the Summer of Caffeine», la troupe américaine propose un son un peu plus raffiné et mélodique que sur ses albums précédents, tout en conservant une bonne dose d’agressivité marquée par une voix puissante et plutôt aigüe.

Au niveau des mélodies, j’ai l’impression que si Me First and the Gimme Gimmes décidait un jour de créer un album original, ça pourrait ressembler aux chansons des Putrid Flowers, notamment les deux premières pièces du disque, «Exit Stage Left»... et «Longest Kiss Goodbye», deux des meilleures chansons de l’album.

Le groupe nous propose ensuite quelques ''road songs'' avec «Cadillac Song» qui nous fait chanter le refrain avec le poing fermé, et «Midnight in Mid-America», où on est surpris par des trompettes de mariachi.

Après «Un-Identified», une pièce mélodique avec un côté un peu plus pop, on trouve UCLA, la chanson la moins intéressante de l’album à mon avis, avec un son rock plus générique. Par la suite, l’album change un peu de ton avec des pièces moins rapides et agressives mais tout de même excellentes. «Suit Made of Lightning» met en valeur la voix du chanteur; on a droit à une espèce de mélancolie dans «Tiny Rivers» et on retrouve encore une fois des trompettes utilisées judicieusement dans «Delaware».

Personnellement, j’aime moins la fin de l’album. Sans être mauvaises, les chansons ne se démarquent pas vraiment et ont beaucoup moins de mordant. Ceci dit, certains trouveront peut être qu’au contraire, ce sont les plus intéressants morceaux du disque... Pour ma part, je retournerai aux 3-4 premières pièces que je peux écouter en boucle sans me tanner.

«Midnight in the Summer of Caffeine» est en écoute gratuite sur le site Web de Putrid Flowers.

 (Écrit par : Éric Çatire)


LIENS DES SITES :
Site Web : Putridflowers.com
ReverbNation : Reverbnation.com/theputridflowers
Facebook : Facebook.com/pages/The-Putrid-Flowers/17847548934

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire