NOS PLUS RÉCENTES CRITIQUES :

Off To Nowhere
Forus
Motorleague
Moovalya
Lagwagon

DeeCracks
DLD
Miracles
Planet Smashers
Not Scientists

mercredi, janvier 23, 2013

Saranerape : Critique de «Abraham Lincoln».

Après avoir subi deux séparations et deux résurrections, Saranerape revient plus fort que jamais et vous lance en pleine gueule leur deuxième album studio amicalement nommé «Abraham Lincoln». Le grunge rock respire encore à Québec et c’est à St-Rédempteur que ça s’époumone le plus.

Avant même d’appuyer sur «Play», la pochette nous avertit qu’il faut s’attendre à tout. Un crocodile arborant une soutane de Pape. Faites le lien… il n’y en a aucun, outre le fait qu’on retrouve bel et bien une chanson nommée Crocodile et une nommée Le Pape est mort. Une pochette simple, un dessin loufoque et un titre absurde, très invitant.

Première écoute surprenante. «Absynité» ouvre la marche, et me jette à terre. Très bon choix pour commencer l’album. Je ne savais pas à quoi m’attendre de ce groupe que je ne connaissais pas (et qui pourtant habite à 15 min de chez moi). On a le droit à un son lourd, digne de la lignée grunge, avec une voix qui baigne dans la disto et qui rage de tout détruire.

Pour la deuxième écoute, j’écoute chaque chanson au complet, et je confirme que l’énergie circule du début à la fin. Une formule gagnante qui pour une fois, ne donne pas l’impression d’écouter une seule chanson qui dure 45-50 min. Je comprends le concept de la pochette. Même si elle ne fait pas trop de sens, il n’y en pas plus dans les paroles. Mais deviner quoi, ce n’est pas le plus important quand tu mets toute l’intensité dans la musique. Saranerape réussit à rendre chaque pièce unique. (Props pour la reprise de la danse macabre!) La fin de l’album est peut-être plus relax avec «Donne moi ton gun», «Déplier les genoux», et «Down on the Bayou» (petite touche country), mais la dernière chanson clos l’opus en force.

En résumé, on retrouve du bon rock gras franco, à la sauce des Dales Hawerchuck, de Charlie Foxtrot et de Galaxie, le tout bien assaisonné d’une touche d’absurdité dans les paroles. C’est un album qui bouge et qui sonne, alors ne l’écouter pas n’importe où et avec n’importe qui.

Disponible depuis le 29 décembre sur leur Bandcamp, «Abraham Lincoln» est un album à se procurer, sans hésiter.

(Écrit par : Émile Dubé)


LIENS DES SITES :

BandCamp : Saranerape.bandcamp.com
Myspace : Myspace.com/saranerape
Facebook : Facebook.com/saranerape

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire