NOS PLUS RÉCENTES CRITIQUES :

Off To Nowhere
Forus
Motorleague
Moovalya
Lagwagon

DeeCracks
DLD
Miracles
Planet Smashers
Not Scientists

mercredi, août 07, 2013

Revue : The Offpsring et invités, Rimouski, 27 juillet.

Voilà que, lors du spectacle de Fortune Cookie Club au Bar Orsainville, je me retrouve avec Patricia Morin qui fait partie de la grande famille de La Punkerie. Plus tard, elle m’écrit : « Bed, demain, je descends à Rimouski voir The Offspring, Goldfinger, Mute et Dance Laury Dance. Ça te tentes-tu ? » J’avais complètement oublié ce spectacle étrange dans le sens que Goldfinger joue nulle part ailleurs au Canada qu’à Rimouski.

Ils étaient en Australie, sont retournés aux États-Unis, puis sont venus à Rimouski et puis à San Antonio. Quelques spectacles par ci et par là depuis leur fameux set au Rockfest 2012. La formation est très occupée puisque le chanteur est réalisateur et producteur d’albums et a une grosse famille alors les gars sont sélectifs dans leurs choix de villes et là, je ne sais pas pourquoi, Rimouski était leur cible. Ce qui m’a amené à dire « oui, on descend ! » Ça et le fait que, vous le savez, je suis vendu à l’os à Offspring, je les adore et je l’ai écrit à plusieurs reprises.

Le fait de les avoir vus au Rockfest à moitié mort de fatigue m’a aussi poussé à dire : « oui je le veux ! » Et me voilà « hangover », à 11h, à me préparer rapidement pour mon départ pour Rimouski. J’y étais déjà allé dans le passé mais dans un contexte de travail. J’avais été charmé par la beauté du paysage qu’on y retrouve. Comme ça faisait déjà plusieurs années que je n’y étais pas allé, j’avais oublié bien des choses merveilleuses de cette ville. La route à été vraiment sympathique et on est arrivé quand même rapidement à Rimouski, incluant le temps de trouver la place. Un parc extraordinaire, que plusieurs d’entre vous connaissent, s’offrait à nous. Nous avons profité un peu de la vue sur le parc et puis, récupération de billets. Simple, pas de file, tout le monde était souriant et saluait de la main. Je dirais que ça semble être vraiment un beau coin de pays où il semble paisible de vivre !

Je tiens à remercier Mute, pour la guestlist, et Munch! Une fois à l’intérieur, les choses se sont déroulées assez rapidement. Mute est embarqué pour ouvrir les festivités et, je vous le dis, ça met un sourire au visage de voir l’accueil que les gens de Rimouski et de l’extérieur leur réservaient, car je vous le jure, Mute est un des grands groupes de ce monde ! Mute est une bête de scène prête à vous conquérir, peu importe votre style de musique, par leur virtuosité et leur dévouement. Ils sont charmants en dehors de la scène et enragés sur le stage et prêts à tout pour se faire entendre et conquérir, ce qu’ils font à merveille.

Les gens s’arrachent les t-shirts avec des logos vraiment frappants et trop malades! Les gens chantent à tue-tête et, quand « Bates Motel » décolle : « tassez-vous du mushpit, ça va frapper fort ! » Car les gens ont reconnu la force en ce groupe et, tu sais, « Bates Motel » est devenu leur hymne depuis la sortie de Thunderblast vue la difficulté technique que représente cette pièce. Elle impressionnera toujours en spectacle, même dans dix ans et même après autant de fois, quand on crée une chanson comme celle-là, elle vous colle positivement à la peau. Je tiens à les féliciter, sérieux, c’est malade comment ils sont intenses musicalement et à quel point ce sont des êtres humains attentionnés et délicats ! Mais rien ne leur échappe, et ils sont dans l’univers punk rock pour y rester !

Tant qu’à montrer à Rimouski ce que la Vieille-Capitale a dans les tripes, autant lui donner l’ultime bête sauvage et indomptable qu’est Dance Laury Dance, qui, depuis leur première partie avec Metallica, n’ont fait qu’augmenter les bons coups ! Le prochain sera certainement leur prochain album qui comprend plusieurs changements, surtout au sein de la formation interne, avec l’arrivée de deux nouveaux personnages qui savent assurer en spectacle. Ils l’ont bien montré en show et, sérieux, ça déménage. On sait que les pièces de « Living For The Roll » fonctionnent très bien et ont conquit le public, mais quand est-il de cette nouvelle formation et la chimie qui était si forte à l’époque de Pat et Villemarde ? Elle est propulsée à son exposant le plus élevé, ça sent toujours la bière, le sexe, la sueur de plusieurs produits toxiques combinés ensemble et à un humour douteux mais fonctionnel ! Et, en boni, un paquet de bonnes chansons garochées dans un esprit rock à souhait.

Un autre spectacle qui montre tout le talent et la diversité de la scène de Québec qui fait son chemin. Qui sait, peut-être un jour, on racontera l’histoire de ces groupes qui seront devenus de vraies légendes. J’y crois, car le matériel est à l’appui, et la réaction du public aussi. Les gens étaient déchaînés et la dévotion était au rendez-vous, la bouteille de Jägermeister que Lap, le drummer de Muted Screams, a fait circuler dans la foule ! Et oui, j’ai eu droit à une gorgée de marde ! La finale en plus… hummm ! Djpunkassbed ou non, tsé ! Je me suis bien amusé et ce n’est pas mon premier rendez-vous Dance Laury Dance. Je les ai vus souvent depuis la création de la formation et l’évolution est fulgurante, je suis fier d’eux et Rimouski l’a bien montré : de l’énergie, il y en a eu de la part des deux parties. Solide show, magnifique performance.

Petit break juste avant la suite des choses et, pour Goldfinger, retour au char, petits drinks et on est prêt à affronter Goldfinger qui nous offre la seule date au Canada. Ça pousse un gars de Québec à descendre les voir ça. Ils ont une fougue en spectacle et ils sont un band d’attardés qui n’ont pas évolué de l’adolescence à aujourd’hui, exactement ce qu’on veut ! On ne veut pas que le groupe devienne plate comme Blink 182 quand, à une époque, ils étaient délirants. Goldfinger est bel et bien toujours aussi délirant, surtout lorsque le batteur met une barre de chocolat entre ses fesses et demande à un gars de l’audience d’aller la dévorer ! Et d’essayer de redonner le petit morceau prit dans ses fesses aux fans en souvenir et les fans de lui répondre : tu la bouffes, man ! Et oui, il l’a dévoré ! Je comprends pourquoi son surnom est Dangerous Darrin Pfeiffer, il est cinglé le gars, et on adore ! Ce sont des moments qui nous feront rappeler ce spectacle pendant le reste de notre vie, ça et tous leurs classiques qu’ils nous ont garochés en pleine gueule et, ce, sans gros arrêts. Ça sentait l’été, le soleil, la bière, la joie et le son de Goldfinger venait nous bercer dans cette sérénade qu’était ce festival ! Vive Rimouski, tu m’émoustilles, je te jure.

Le setlist était le même qu’à Montebello, mais je m’y attendais et je m’en foutais, je venais m’amuser au son d’une formation que je n’ai pas vue assez souvent. C’était ma troisième fois seulement, les deux autres étant au Rockfest 2012 et au Vans Warped Tour, alors je deviens énervé un peu quand ils débarquent, même loin de chez moi. Sérieux, ça a été rafraîchissant comme spectacle, on était en avant et on a trippé en sale ! Un autre fort moment de 2013 et de mon C.V. de spectacles punk rock !

Et nous y voilà, prise deux avec The Offspring, un peu plus d’un mois après le Amnesia Rockfest, où je venais de vivre 13 heures de spectacle sans arrêt et peu de sommeil (moins de trois heures) quand ils ont monté sur les planches devant plus de 100 000 personnes. Nous voilà devant une foule plus calme, beaucoup moins sur la brosse sale qu’à Montebello, et une foule de 15 000, ça semble presque un concert intime tellement la scène est petite pour cette formation d’Orange County en Californie. J’étais prêt à me reprendre, car de la fatigue, il n’y en avait pas lors cette incroyable soirée à Rimouski. Tout était parfait, sérieux, le monde était gentil, courtois, ouvert et jasant, c’était adorable ! J’étais prêt à revoir ma formation préférée de pop punk commercial et, sérieux, je le dis sans gêne, je les adore et j’ai tout aimé de The Offspring ou presque.

Aucun groupe n’est parfait, je les ai connus avec Smash et via la radio commerciale alors je n’ai rien contre le fait qu’ils doivent fournir quelques pièces légères et des ballades pour les radios, et nous donner ce qu’on veut en show. La chose qui est un peu plate, c’est que le setlist ne déroge pas trop, c’était la cinquième fois que je voyais The Offspring. Si vous me lisez depuis longtemps, c’est la quatrième fois, en fait, car j’ai eu un black out à Woodstock en Beauce lorsqu’ils ont joué avec Pennywise. Encore une fois, j’étais conscient que je retournais voir le même spectacle que celui du Amnesia Rockfest 2013, mais je voulais m’éclater et je l’ai fait. Je me suis laissé aller sur les même tounes et j’ai adoré voir la réaction des gens qui ne sont pas comme les gens de Montréal, ni comme ceux de Québec maintenant, qui semblent afficher un air de « j’ai tout vu ».

On confrontait un public qui savait que The Offspring ne reviendrait pas de sitôt et qui offrait sûrement leur première visite là-bas. J’ai adoré le spectacle, sérieux, et je me suis amusé à fond! Toute cette soirée a pris fin au Bar Le Campus avec un hommage à No Use For A Name qui a été bien arrosé ! Je tiens à féliciter les gars, ils ont fait une bonne job avec cet hommage, on ne le dira jamais assez : No Use For A Name mérite la place de choix de n’être jamais oublié et de rester dans l’esprit de tous les punk rockers !

J’aimerais remercier Patricia Morin qui a pris le temps de me convaincre de venir avec elle, tripper ma vie là-bas, et à Munch qui nous a accompagné la moitié du voyage puisqu’on l’a perdu on ne sait pas trop où. Peut-être une danseuse l’a redescendu, mais ça reste un mythe non prouvé ! J’ai adoré mon aventure à Rimouski ! Sérieux, ça valait la peine un road trip à la dernière minute comme ça !

(Écrit par : Dj Punkassbed)

SET LIST THE OFFSPRING :
1. All I Want
2. Bad Habit
3. Come Out and Play
4. Days Go By
5. Have You Ever
6. Staring at the Sun 

7. Want You Bad 
8. Slim Pickens Does the Right Thing and Rides the Bomb to Hell
9. Kristy, Are You Doing Okay?
10. Gotta Get Away
11. Gone Away
12. Hit That
13. Why Don't You Get a Job?
14. Americana
15. You're Gonna Go Far, Kid
16. Pretty Fly (For a White Guy)
17. The Kids Aren't Alright
18. (Can't Get My) Head Around You
19. Self Esteem

LIENS DES SITES GOLDFINGER :

Site Web : Goldfingermusic.com
Myspace : Myspace.com/goldfinger
Facebook : Facebook.com/goldfingermusic


LIENS DES SITES THE OFFSPRING :

Site Web : Offspring.com 


LIENS DES SITES MUTE :

Myspace  : Myspace.com/mutepunkrock
Facebook : Facebook.com/mutepunk
ReverbNation : ReverbNation.com/mutepunkrock

 

LIENS DES SITES DANCE LAURY DANCE:




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire