NOS PLUS RÉCENTES CRITIQUES :

Off To Nowhere
Forus
Motorleague
Moovalya
Lagwagon

DeeCracks
DLD
Miracles
Planet Smashers
Not Scientists

lundi, avril 09, 2012

Momentum : Critique de 'Whetting Occam’s Razor'.

Aimez-vous ça pesant ? Aimez-vous ça intense ? Aimez-vous ça profond et intelligent ? Aimez-vous le punk hardcore mélodique ? Si oui, vous allez aimer Momentum.

Directement du Royaume-Uni et issu de l’union de membres de Light Bearer, Fall of Efrafa, Plague Mass et XZieglerX, c’est seulement un an à peine après leur formation que Momentum nous arrive avec son premier LP, « Whetting Occam’s Razor ».

Paru sur l’étiquette Halo of Flies en Décembre 2011, le premier opus de Momentum est tout de suite venu me chercher dans les tripes. La ligne directrice de l’album est dure et ne pardonne pas. C’est rapide et agressif, franc et direct. La production est lourde et complètement immergé dans la distorsion. Les mélodies de guitares sont omniprésentes, la tonalité de la basse est vaste et enveloppante et la batterie est toujours juste.

Le vocal déchirant est sans aucun détour et sans aucun compromis. Mais détrompez-vous, nous n’avons pas affaire à un groupe qui ne fait que détruire ses instruments en les martelant violemment. Bien entendu, la musique est agressive mais la grande qualité de cet album reste son côté chevaleresque, comme si les membres de Momentum étaient en quête de savoir et d’une réconciliation avec nous-mêmes. C’est tout simplement épique.

D’après leur propre définition, Momentum s’inspire de l’œuvre de Carl Sagan et de plusieurs éminents penseurs. Momentum est donc une de ces formations avec un concept pré-établi et leur musique prend forme autour d’une prémisse bien définie, soit « l’incapacité à mettre en perspective notre place dans l’univers, de l’absurdité de toute la haine, la colère et la stupidité d’une race d’homosapiens sur une minuscule et insignifiante planète, mais également notre capacité à aller au-delà de ces idées simplistes et commencer à comprendre, apprécier et admirer humblement la majestuosité des espaces infinis qui nous entourent. » (traduction libre depuis la biographie de leur page Facebook).

Ces idées peuvent sembler banales, mais Momentum les extrapolent efficacement de par son côté très engagé politiquement et socialement. Ils préconisent d’ailleurs un style de vie végétarien et en harmonie avec la nature qui nous entoure. Le végétarisme n’est pas vraiment ma tasse de thé mais on sent vraiment un réel désir de faire de notre planète bleue un monde meilleur pour chacune des espèces qui y cohabitent. Les textes sont d’ailleurs livrés avec une émotion sans équivoque et emplis d’une sincérité sans borne. Rares sont les groupes qui m’apparaissent aussi convaincus de leurs propres idées et je n’ose à peine imaginer l’énergie qui doit se dégager d’une prestation en direct de ces quatre enragés.

Néanmoins, que l’on soit d’accord ou non avec leurs propos, tout le monde saura apprécier Momentum puisqu’ils composent avec un son qui tire ses influences de nombreuses sources musicales. Que ce soit l’amateur de hardcore pur et dur, le disciple du métal et du trash, le junkie du punk ou encore le plus puritain des intellos, tous et chacun pourront retrouver un petit quelque chose qui saura lui plaire et à la fin des 50 minutes de « Whetting Occam’s Razor », vous serez définitivement charmé. De plus, caché après les quinze titres inscrits à la table des matière de la pochette, nous avons droit à un petit bonus – une reprise de NOFX livrée à la façon de Momentum pour un total de seize pistes incluant ce bonus qu’on aurait pu laisser tomber, à mon avis.

Par contre, rien ne peut être parfait à ce point et faute est d’avouer que lorsque vous écouterez « Whetting Occam’s Razor » en vaquant à d’autres occupation, vous aurez parfois l’impression d’entendre le même morceaux plusieurs fois. La batterie et le vocal semblent devenir redondant par instant, surtout vers la deuxième moitié de l’album. Comme s’ils avaient tout donné au début et qu’ils auraient perdu le momentum en cours de chemin (à noter ici l’utilisation d’un très mauvais jeu de mots). Le chanteur nous hurle toujours ses paroles avec passion et conviction mais constamment dans la même gamme. Tout comme le batteur, qui ne manque absolument pas de talent, mais qui livre une prestation timide et sans fioritures. Personnellement, j’aurais aimé un peu plus d’élaboration sur certains morceaux. La fin de l’album est beaucoup plus lente et viens remettre nos pulsations cardiaques à un rythme normal juste avant de nous laisser pour une prochaine fois.

En conclusion, le premier effort de Momentum reste un très, très bon album avec le potentiel pour devenir le premier témoignage d’un groupe qui pourrait s’imposer de plus en plus sur la scène underground et devenir une référence avec les années. « Whetting Occam’s Razor » ancre solidement ses attaches dans le sol et vous laissera sur votre faim; vous en redemanderez.

Si cette critique a su piquer votre curiosité et que vous êtes résolu à faire tourner « Whetting Occam’s Razor » dans votre iPod ou sur votre table tournante, je vous conseille avant toute chose d’essayer d’écouter le septième morceaux « Lineage » et de porter une attention toute particulière au texte qui nous est récité. À mon sens, « From the Stars Above » (coécrit par Greg Bennick et Alex CF, lu par Greg Bennick lui-même) représente l’essence même de ce qu’est Momentum et vous préparera à la remise en question existentielle à laquelle Momentum vous confrontera depuis la première à la dernière ligne.

(Écrit par : Coeur Noir)

EXTRAIT D'UNE CHANSON :
Titre : Gather
Album : Whetting Occam's Razor
Année : 20 Décembre 2011
Label : Alerta Antifascista Records


LIENS DES SITES :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire