NOS PLUS RÉCENTES CRITIQUES :

Off To Nowhere
Forus
Motorleague
Moovalya
Lagwagon

DeeCracks
DLD
Miracles
Planet Smashers
Not Scientists

mardi, avril 30, 2013

Burning Lady : Critique de «Until The Walls Fall».

Si la France a eu beaucoup de groupes connus dans le monde entier, c'est sans aucun doute à cause de leur authenticité et leur facilité de critiquer la société. On peut dire que depuis des années les Tagada Jones, Guerilla Poubelle, Wank For Peace, Hogwash, Uncommenfrommars ont bien assuré la relève musicale française qu'avaient laissé les piliers du mouvement punk Bérurier Noir, Sale Majesté et compagnie. Hors, même si Burning Lady n'existe que depuis 4 ans, il n'en reste pas moins qu'ils ont tout pour devenir un joyau de cette scène avec ce disque.

Burning Lady fonce la tête première avec brio dans la dénonciation sociale et ne se gêne surtout pas pour écorcher tous les sujets commun du punk engagé politiquement. Les capitalistes, les matérialistes, l'impérialisme, le gouvernement, l'armée, le sexisme, le racisme, nommez-les, ils y sont tous et toute et bien en place pour faire de ce disque un incontournable. L'originalité hargneuse du chant féminin de Sophie, dès les premières tonalités, ne peut pas tomber dans l'oreille d'un sourd. Ce chant est un simple délice. Ce n'est pas sans rappeler une certaine Brody Dale (ex-The Distillers, Spinerette) même si sa voix est beaucoup moins rauque. Ce n'est pas toujours de la même tonalité: elle change souvent de timbre et c'est ce qui fait son charme vocale.

Le disque «Until the Walls Fall» est rempli de certitude, d’aisance et d’énergie que l'on retrouve chez certains groupes mais, de cette façon-là, il y en a pas beaucoup. Les rythmes ont du punch et sont assez fougueux. On ressent bien le côté influencé du punk'n'roll, la dominance du street-punk et les mid-tempo se fondent parfaitement dans la structure musicale imposée par les musiciens. Quand une batterie martèle à coup sûr la cadence et balance efficacement les riffs ardents de la guitare, cela est bon signe et ne peut qu'être bien complété par une basse profonde et bien sentie.

«Story Of My Scene», «Living With the Walls», «Screw Blast Blow» et «Never Forget» sont mes pièces favorites. Elle sont un peu rapide, d'un ton un petit peu plus lourd que les autres pièces à l'exception de «Story Of My Scene» qui est beaucoup plus mélodique et qui a les qualités requises pour devenir un hit. C'est sûrement pour cela d'ailleurs qu'ils en ont fait leur premier vidéoclip. Les trois autres chansons énumérées ci-haut sont provocantes et donnent envie d'aller dans un pit et bousculer quelques personnes au passage.

Le reste du disque «Until the Walls Fall» est vraiment à découvrir. Tu ne te casses pas la tête parce que ça s'écoute bien à répétition, tu l'écoutes une seule fois et tu voudras l'entendre toute la journée. Il y a même une pièce beaucoup plus relaxe, «Wasted Time», qui vient agir comme une cerise sur un sunday, c'est terriblement stimulant comme musique (bien que cette chanson ne soit pas nouvelle puisqu'on la retrouvait sur leur premier EP du même titre). Il y a aussi «Girl With Sunglasses» qui est un très bon morceau contenant un mélange de punk'n'roll et de ska-reggae, vraiment parfait d'un bout à l'autre. La voix de Sophie parfois plus rauque, d'autre fois claire, est sublime et invitante dans la chanson.

Ce disque sort le 3 mai prochain chez Outside Music Records et Concret Jungle Records et tu dois l'acheter. Et dès que tu as acheté cet album, tu invites des gens chez toi, tu sors la bière, le BBQ avec des steaks (si tu n'es pas végétarien) et le party va prendre une belle tournure avec du punk rock à fond la caisse. Alors inutile de le répéter, je vous suggère à 100% ce premier album de la formation Française de Lile.

(Écrit par : Deslo)


VIDÉOCLIP :
Titre : Story of My Scene
Album : Until the Walls Fall
Année : 3 mai 2013
Label : Outside Music / Concert Jungle Records

LIEN DES SITES:

2 commentaires: